L’insécurité émotionnelle du leader

John C. Maxwell
Fondateur des formations EQUIP

Parmi les leçons des cahiers EQUIP, John Maxwell nous parle de l’insécurité émotionnelle du leader. Une magnifique leçon pour nous inviter à détecter les zones d’insécurité dans notre vie, conséquences de mensonges auxquels nous avons crus ou croyons encore, pour décider ensuite d’entrer dans un cheminement de vie fondé sur la vérité de la Parole de Dieu.

Nos objectifs à EQUIP France, sont entre autres, de proposer, permettre les conditions d’une transformation en profondeur pour tout leader déterminé à mieux servir dans sa génération.

Voici donc un extrait de cette leçon:

L’une des tragédies les plus désastreuses de la vie de l’église se situe au niveau de l’insécurité de ses leaders. Toutes les semaines, il se produit des désastres en matière de leadership lorsque les leaders prétendent que les problèmes sont en relation avec la théologie ou les programmes engagés.

En réalité, beaucoup de problèmes n’ayant pas trouvé de solution au sein de l’église trouvent leur racine dans l’insécurité émotionnelle du leader Les symptômes se manifestent de nombreuses façons : parfois le leader n’arrive pas à faire face à une situation donnée, parfois il manque de fermeté sur le plan moral, ou alors il répond par la défensive quand les autres ne sont pas d’accord avec lui. Parfois il n’assume pas ses responsabilités de dirigeant, ce qui va pousser les autres à mettre en cause son ministère. Il peut manquer de force de caractère quand il ne se sent pas aimé. A cause de son insécurité, le leader se met à croire des mensonges sur lui-même ou sur d’autres personnes, et commence à saboter son propre leadership.

Savoir reconnaître l’insécurité dans la manière de se comporter

Honnêtement, il est relativement facile de déceler dans notre comportement un facteur d’insécurité. Si on ne le voit pas, c’est parce qu’on veut l’ignorer. On prétend que ça n’existe pas et on se défend en pointant autre chose. Nous allons voir quelques études de cas puisées dans la Bible, où des gens ordinaires, comme vous et moi, ont dû lutter dans différentes situations d’insécurité. Faites bien attention à la manière dont les choses ont fait surface dans leur vie…

La comparaison : on commence à se comparer aux autres
Danger : On ignore le rôle unique que chacun doit jouer au sein de l’équipe.
Exemple : les ouvriers embauchés à la vigne (Matthieu 20)

La compensation : on se sent victime et on a besoin de compenser son sentiment d’infériorité
Danger : On cesse de faire confiance à Dieu et on prend soi-même les choses en main.
Exemple : Jacob (genèse 27,32)

La compétition : on se réfugie dans des comportements axés sur soi-même, pour essayer de dépasser les autres.
Danger : tomber dans l’obsession de bâtir son royaume à soi, et de tout faire pour gagner.
Exemple : l’ainé du fils prodigue (Luc 15)

La complaisance : on cherche à gagner l’approbation des autres ; à plaire aux autres.
Danger : risquer de détruire à cause des motivations impures et d’attentes irréalistes.
Exemple : Marthe (Luc 10)

La condamnation : on arbore une attitude de jugement, tant envers soi-même qu’envers les autres.
Danger : il s’agit d’une déformation de la réalité où l’on est tenté d’échapper à ses responsabilités.
Exemple : Elie (1 Rois 19)
Le contrôle : pour affirmer sa valeur personnelle, on se sent obligé de prendre les choses en main.
Danger : Résonner « perdant-gagnant » plutôt que « gagnant-gagnant »
Exemple : Sara (Genèse 16 1-6)

A découvrir la suite avec les clés pour une bonne sécurité émotionnelle, dans une formation EQUIP…